Ton Programme de cours quand tu le veux.

Chapitre 1: La logique entrepreneuriale,

Penses à ton orientation

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: La logique entrepreneuriale

L'entrepreneuriat

  • La création d'entreprise.
  • L'entrepreneur.

Le projet entrepreneurial

  • Le business plan ou plan d'affaires nécessaires.
  • Le statut juridique et les options organisationnelles.

Enseignement et formation pédagogiques

SYNTHESE: La logique entrepreneuriale

Il n'existe pas de définition unique de l'entrepreneuriat, mais on peut retenir la définition suivante: l'entrepreneuriat est l'ensemble des activités et des démarches qu'impliquent la création et le développement d'une entreprise et plus généralement la création d'activité (rapport de MM. Béranger, Chabbal et Dambrine au secrétaire d'État à l'Industrie, novembre 1998).

L'entrepreneuriat décrit donc ce que font les entrepreneurs car, à l'origine d'une entreprise, il y a toujours un individu doté d'un certain esprit d'entreprise et d'une volonté d'entreprendre.

L'entrepreneuriat

La création d'entreprise

L'entrepreneur ne sera reconnu comme tel que lorsqu'il aura abouti dans son projet de création d'entreprise. Cette création peut prendre différentes formes:

  • La création d'une nouvelle entreprise est l'expression la plus simple de l'entrepreneuriat. Il s'agit de ce que l'INSEE qualifie de création pure, à savoir l'exploitation d'une activité nouvelle qui n'a jamais été exercée au même endroit par une autre entreprise et que l'entrepreneur va développer dans une nouvelle organisation pour répondre à un besoin du marché ou pour susciter ce besoin;
  • Lorsqu'il y a reprise de tout ou partie des moyens de production d'une autre entreprise ou rachat d'un fonds de commerce, on parle de création par reprise. Il s'agit alors d'un processus de construction d'une continuité, marqué par l'arrivée d'un nouvel entrepreneur.

Certaines activités, telles que l'immobilier, la construction ou les services aux entreprises, se prêtent mieux à la création pure alors que d'autres, telles que les services aux particuliers ou l'hôtellerie-restauration, font plus souvent l'objet de création par reprise.

La création d'entreprise reste dans tous les cas risquée puisque, au bout de cinq ans, seule la moitié des entreprises seront toujours en activité (six sur dix pour les créations par reprise) et que plus de 85 % des entreprises créées n'ont pas de salarié.

Les entreprises sont aujourd'hui au cœur de notre système productif. Toutes les politiques industrielles tendent à favoriser leur création compte tenu des emplois qu'elles font naître.

L'entrepreneur

Tout entrepreneur est animé par un esprit d'entreprise. L'esprit d'entreprise peut être défini comme l'aptitude d'un individu à prendre des risques pour engager des capitaux dans une entreprise, consistant à apporter quelque chose d'innovant, de créatif, ceci en employant et en combinant de la façon la plus performante possible des ressources diverses. (P.-A. Julien et M. Marchesnay, L'Entrepreneuriat, éditions Economica, 1996). Animé de cet esprit d'entreprise, l'entrepreneur va être enclin à rechercher de nouvelles opportunités sur le marché et à prendre des risques pour les saisir.

Notre compréhension de l'entrepreneur doit beaucoup aux travaux de l'économiste autrichien Joseph Schumpeter (Théorie de l'évolution économique, 1911). Schumpeter a montré que l'entrepreneur était au centre du développement économique car il est celui qui prend des risques pour innover et donc pour créer de nouvelles opportunités sur le marché. Les innovations, en déstabilisant le marché, engendrent une destruction créatrice qui, selon l'économiste, est à l'origine du dynamisme industriel et de la croissance à long terme.

Au-delà de la capacité à prendre des risques, et bien que tous les entrepreneurs ne se ressemblent pas, ils partagent certaines caractéristiques:

  • L'entrepreneur est un individu dynamique et motivé par un besoin de réalisation;
  • Indépendant, l'entrepreneur est un leader qui n'aime pas se plier à l'autorité;
  • Intuitif, créatif et opportuniste, il cherche à innover;
  • Persévérant et travailleur, il se passionne pour la réalisation de son but.

On attend donc d'un entrepreneur qu'il ait:

  • Lla capacité de repérer les opportunités et de trouver les ressources nécessaires à leur exploitation;
  • La volonté de prendre des risques pour concrétiser ses idées;
  • Les compétences pour bâtir un projet et le mener à bien;
  • La détermination nécessaire pour créer son emploi plutôt que de le chercher.

Le projet entrepreneurial

À l'origine du projet de création d'entreprise, se trouve tout d'abord l'idée innovante de l'entrepreneur.

On distingue quatre grandes sources d'idées:
  • L'expérience: l'entrepreneur connaît le secteur sur lequel il souhaite développer son projet, pour y avoir déjà acquis une expérience professionnelle et en avoir étudié les opportunités;
  • L'observation: l'idée innovante résulte de l'ouverture d'esprit et de l'esprit critique de l'entrepreneur qui s'informe, analyse les évolutions du marché, détecte les défauts des produits ou services offerts par les entreprises existantes pour proposer, transposer ou importer de nouveaux concepts de produits, de services ou de prestations;
  • L'opportunité: l'entrepreneur répond à un nouveau besoin lié à une évolution de l'environnement (par exemple, une nouvelle législation entraîne la création d'un nouveau marché);
  • L'innovation, qui peut prendre différentes formes: La production de nouveaux produits, l'introduction de nouvelles méthodes de production, l'introduction de nouvelles formes d'organisation du travail, l'accès à de nouvelles matières premières.

Le business plan ou plan d'affaires

Quelle que soit l'origine de l'idée, il faudra vérifier son adéquation avec les compétences de l'entrepreneur et l'environnement de l'entreprise car, si ce dernier offre des opportunités, il présente également des contraintes. Ainsi, toute idée innovante doit respecter les lois et réglementations (sociales, fiscales, environnementales.). Elle pourra également nécessiter des infrastructures logistiques, devra être à même d'affronter la concurrence.

Afin de concrétiser son projet, l'entrepreneur dispose d'un outil indispensable à sa réalisation: le business plan ou plan d'affaires. Outil d'anticipation et de planification, il permet de mesurer les risques et de confirmer ou d'infirmer la viabilité du projet.

Le premier objectif du business plan est de conforter le créateur ou le repreneur sur la faisabilité de son projet, notamment sur l'aspect financier: rentabilité, cohérence du plan de financement. Dans un second temps, le business plan va devenir un outil de communication indispensable pour convaincre banquiers et investisseurs de soutenir financièrement le projet.

L'étude de marché permet d'exercer les choix commerciaux:

Lorsque l'idée est trouvée et arrêtée, et le marché identifié, il reste à vérifier que le projet d'entreprise est viable. Pour cela, il convient:

  • D'affiner les caractéristiques des produits ou des services envisagés;
  • De préciser les besoins auxquels les produits ou services vont répondre;
  • De définir la clientèle visée;
  • De fixer les prix de vente prévisionnels;
  • De choisir les modes de distribution et de communication les plus adaptés;
  • D'appréhender la concurrence;
  • De choisir un lieu d'implantation.

On nomme cette phase de travail l'étude de marché.

À l'issue de l'étude de marché, l'entrepreneur doit être en mesure:
  • De valider son offre de produits et/ou de services;
  • D'évaluer le potentiel du marché visé et de prévoir ses prix et son chiffre d'affaires;
  • De définir une politique de distribution et de communication;
  • D'identifier ses forces et ses faiblesses par rapport à la concurrence;
  • D'établir son offre commerciale et de planifier ses premières actions commerciales.

C'est-à-dire qu'il doit savoir prendre un ensemble cohérent de décisions qui définissent un plan de marchéage.

Le plan de financement permet d'évaluer et de collecter les capitaux nécessaires.

Une fois l'étude de marché achevée, il faut traduire en termes financiers les données recueillies. Pour survivre, une entreprise doit disposer de capitaux suffisants pour démarrer, puis être rapidement rentable ou retrouver une rentabilité.

L'évaluation des capitaux nécessaires pour démarrer ou reprendre une activité est formalisée par un plan de financement initial. Celui-ci doit équilibrer les besoins, en particulier en ressources humaines, et les ressources de l'entreprise durant la période de démarrage ou de reprise, soit durant deux à trois ans.

Ces prévisions financières, qui complètent l'étude de marché, vont permettre à l'entrepreneur de rechercher les capitaux nécessaires au démarrage ou à la reprise de l'activité, auprès des banques ou des investisseurs. Pour ce faire, le plan de financement devra faire la synthèse des montants recherchés de la part de financements en fonds propres et des prévisions financières.

Le statut juridique et les options organisationnelles

Lorsque le projet est validé, il importe de choisir un statut juridique pour qu'il puisse voir le jour en toute légalité. Aucune structure juridique n'est idéale. L'entreprise doit déterminer celle qui correspond le mieux à ses objectifs.

Le premier choix se fait entre l'entreprise individuelle et la société. La plupart des commerces et des activités artisanales sont exercés en entreprise individuelle car c'est la solution la plus simple à mettre en œuvre et la moins onéreuse. Cependant, cette forme juridique présente un certain risque pour l'entrepreneur.

Il est alors responsable des dettes de l'entreprise sur l'ensemble de ses biens, dont ses biens personnels, à l'exception des biens fonciers s'ils ne sont pas affectés à un usage professionnel.

Le choix du statut juridique peut être arrêté en fonction des éléments suivants:
  • L'activité: certaines activités sont réglementées et limitent les formes juridiques possibles. Par exemple, les professionnels libéraux ne peuvent pas exercer leur activité dans le cadre de sociétés où les associés ont le statut de commerçant, ils ne peuvent donc pas créer de sociétés en nom collectif;
  • La volonté de s'associer ou de rester indépendant;
  • Les frais de constitution et de fonctionnement: la société est plus onéreuse que l'entreprise individuelle;
  • L'étendue de la responsabilité patrimoniale: constituer une société limite la responsabilité du chef d'entreprise;
  • Le régime d'imposition des bénéfices;
  • La recherche de capitaux: si les besoins financiers sont importants, la création d'une société peut être indispensable pour permettre aux investisseurs de prendre part au capital.

Dans une entreprise individuelle, l'entrepreneur est complètement autonome. Il prend seul les décisions, engage sa responsabilité et les règles de fonctionnement sont réduites à celles qu'il s'impose. Le plus souvent, ces entreprises n'ont pas de salarié, comme 87 % des entreprises créées, et les options organisationnelles sont limitées.

Dès lors que l'entrepreneur doit s'associer, ou dans le cadre de la reprise d'une entreprise, il est préférable de créer ou d'agir dans le cadre d'une société. Dans une société, l'entrepreneur n'agit pas pour son propre compte, mais au nom et pour le compte de la société. La direction de l'entreprise est confiée à un ou plusieurs gérants nommés parmi les associés ou en dehors d'eux.

Le fonctionnement de l'entreprise requiert alors un plus grand formalisme et il est nécessaire de mettre en place des mécanismes de coordination. L'entrepreneur devra faire des choix organisationnels, tels que l'internalisation ou l'externalisation de certaines tâches, le recrutement ou le licenciement de personnel, la définition d'un organigramme.

Enseignement et formation pédagogiques