Ton Programme de cours quand tu le veux.

Chapitre 13: Comment analyser le bilan pour évaluer la situation financière de l'entreprise?

Penses à ton orientation

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: Comment analyser le bilan pour évaluer la situation financière de l'entreprise?

Du bilan comptable au bilan fonctionnel.

  • Le bilan comptable.
  • Le bilan fonctionnel.
  • Les différents cycles.
  • Les retraitements nécessaires.

Les indicateurs de structure.

  • Le fonds de roulement net global (FRNG).
  • Le besoin en fonds de roulement (BFR).
  • La trésorerie nette globale.

Enseignement et formation pédagogiques

SYNTHESE: Comment analyser le bilan pour évaluer la situation financière de l'entreprise?

Une fois que l'étude du compte de résultat a donné les renseignements sur l'activité économique de l'entreprise et son niveau de rentabilité, il convient d'entreprendre l'analyse du bilan pour évaluer la solidité financière de l'entreprise et sa capacité à poursuivre et/ou à développer son activité.

Du bilan comptable au bilan fonctionnel.

Conformément aux obligations comptables, l'entreprise présente son bilan comptable une fois par an au moins. Ce document peut être établi plus fréquemment (semestriellement, trimestriellement, mensuellement) en fonction des demandes des parties prenantes. Il peut alors être retraité et utilisé pour mieux analyser la situation de l'entreprise, et orienter sa gestion et son pilotage.

Le bilan comptable:

Le bilan comptable présente.
  • Ce que j'ai: Ce que l'entreprise possède à une date donnée (c'est-à-dire les différents actifs). Il s'agit de l'emploi des fonds: biens et créances.
  • Grâce à: Les ressources dont dispose l'entreprise à cette même date. Il s'agit de l'origine des fonds: capitaux propres ou dettes.

Le bilan comptable ne permet pas de mettre en évidence les ressources stables d'une entreprise, ni les emplois nécessaires à son exploitation. Pour faciliter la lecture des chiffres du bilan, l'entreprise présente le bilan fonctionnel.

Le bilan fonctionnel:

Il s'agit d'un document dans lequel les éléments sont regroupés selon trois cycles permettant d'analyser la vie de l'entreprise: l'exploitation, l'investissement et le financement, la trésorerie.

Investissements.
ACTIF / EMPLOIS.
Emplois stables ou Actif stable.
  • Immobilisations.
Exploitation.
ACTIF / EMPLOIS.
Emplois circulants ou Actif circulant.
  • Stocks.
  • Créances.
  • Charges constatées d'avance.
Trésorerie.
  • Banque.
  • Caisse.
Liquidité croissante.
Financements.
PASSIF / RESSOURCES.
Ressources stables ou Passif stable.
  • Capitaux propres.
  • Amortissements et provisions.
  • Emprunts et dettes à moyen et à long terme.
Exploitation.
PASSIF / RESSOURCES.
Ressources circulantes ou Passif circulant.
  • Dettes fournisseurs.
  • Dettes fiscales et sociales.
  • Produits constatés d'avance.
Trésorerie.
  • Découvert bancaire.
Exigibilité croissante.

Les ressources et les emplois sont donc classés respectivement selon leur destination et leur origine. Ils sont regroupés par cycles, constituant chacun un ensemble d'opérations de même nature.

Les ressources sont classées en fonction de leur disponibilité (c'est-à-dire de leur liquidité), alors que les emplois le sont en fonction de leur exigibilité par les créanciers.

Les différents cycles:

Le cycle d'exploitation regroupe les opérations liées aux activités courantes de l'entreprise: approvisionnement, production, vente.

Le cycle d'investissement est composé d'une succession d'étapes (réflexion, étude d'opportunité.) qui se déroulent en général sur plusieurs années pour aboutir à l'acquisition d'une immobilisation.

Le cycle de financement regroupe l'ensemble des opérations financières qui permettent de trouver des capitaux pour financer l'exploitation et les investissements de l'entreprise.

Les cycles longs d'investissement et de financement.

Ils regroupent les emplois stables d'investissement (les éléments destinés à rester durablement dans l'entreprise) et les ressources stables affectées, de par leur nature, au financement des opérations d'investissement.

Le capital et les emprunts sont des ressources stables. Effectivement, la décision de constituer du capital ou de contracter un emprunt assure le financement de l'entreprise pour plusieurs années; ces passifs sont peu exigibles puisqu'ils seront remboursés par l'entreprise dans un délai éloigné.

De la même manière, la réalisation d'un investissement (immobilisation) engage à long terme l'entreprise sur un type d'équipement. Il s'agit donc d'un emploi durable (actif stable) peu liquide. Les actifs stables doivent être financés par des capitaux stables.

Le cycle court d'exploitation.

Il regroupe les emplois nécessaires à l'entreprise pour faire fonctionner son activité et les ressources qui y sont affectées.

C'est un cycle de quelques semaines. Toute décision l'affectant engage l'entreprise à court terme.

Exemples. Volume des stocks, durée du crédit consenti aux clients et durée de délai de paiement accordé par les fournisseurs.

L'actif circulant doit être financé par le passif circulant.
Le cycle de trésorerie.

Il résulte des deux précédents cycles et assure l'ajustement nécessaire. Son montant résulte des valeurs issues du cycle d'investissement et de financement, et du cycle d'exploitation.

Les retraitements nécessaires:

La construction du bilan fonctionnel est normalisée afin de permettre des comparaisons dans le temps et entre entreprises. Le bénéfice (ressource) fait apparaître le montant brut des actifs pour tenir compte de leur valeur d'origine. D'autres retraitements sont nécessaires.

Amortissements et provisions.
Poste de l'actif.
Retraitement.
  • Les emplois stables sont évalués à leur valeur brute.
  • Les amortissements et provisions sont à reclasser en ressources stables et sont ajoutés aux capitaux permanents.
Valeurs mobilières de placement (VMP).
Poste de l'actif.
Retraitement.
  • Les VMP sont à reclasser dans la trésorerie, car il est possible de les vendre rapidement (forte liquidité).
Charges constatées d'avance.
Poste de l'actif.
Retraitement.
  • Les charges constatées d'avance sont à reclasser en actif circulant.
  • Ce sont des charges payées à l'avance au cours d'un exercice, alors qu'elles sont relatives à des prestations liées à l'exercice ultérieur (par exemple, les abonnements et les assurances).
Emprunts auprès des établissements de crédit.
Postes du passif.
Retraitement.
  • Ce sont des ressources stables, sauf les concours bancaires courants (CBC).
Concours bancaires courants (CBC).
Postes du passif.
Retraitement.
  • Les CBC sont à reclasser en trésorerie au passif. Il s'agit de découverts bancaires qui devront être rapidement remboursés à la banque (forte exigibilité).
Produits constatés d'avance.
Postes du passif.
Retraitement.
  • Les produits constatés d'avance sont à reclasser en passif circulant.
  • Ce sont des produits constatés à l'avance au cours d'un exercice, alors qu'ils sont relatifs à des prestations liées à l'exercice ultérieur.
Une fois le bilan fonctionnel établi.

Il est courant de présenter le bilan fonctionnel condensé. C'est un document qui consiste à ne retenir que les totaux des grandes catégories. Cela facilite la lecture du document et les comparaisons dans le temps.

Le bilan fonctionnel condensé.
  • Actif stable.
  • Actif circulant.
  • Trésorerie active.
  • Passif stable.
  • Passif circulant.
  • Trésorerie passive.

Les indicateurs de structure.

La présentation du bilan fonctionnel permet le calcul d'indicateurs représentatifs de l'équilibre de la structure financière de l'entreprise.

Le fonds de roulement net global (FRNG):

Le fonds de roulement net global (FRNG) est l'excédent des ressources stables sur les emplois stables.

FRNG = Ressources stables – Emplois stables.
BILAN FONCTIONNEL.
ACTIF / EMPLOIS:
  • Emplois stables: (Immobilisations): 35 800.
  • FRNG: 28 500.
BILAN FONCTIONNEL.
PASSIF / RESSOURCES:
Ressources stables: 64 300.
  • Capitaux propres.
  • Amortissements et provisions.
  • Dettes à moyen et à long terme.

Pour pouvoir continuer à se développer, l'entreprise doit dégager un FRNG positif: les ressources stables doivent pouvoir financer non seulement les emplois durables, mais aussi les besoins liés à l'activité de l'entreprise.

Notons que le niveau du FRNG nécessaire dépend essentiellement du secteur d'activité.

Le besoin en fonds de roulement (BFR):

Le besoin en fonds de roulement (BFR) est issu des décalages provenant des opérations d'exploitation:

  • Décalages entre les achats de biens et les ventes de ces mêmes biens, qui donnent naissance aux stocks.
  • Décalages entre les ventes et les encaissements correspondant, reçus des clients qui engendrent des créances clients.
  • Décalages entre les achats et les décaissements effectués aux fournisseurs, qui font naître des dettes fournisseurs.
BFR = Actif circulant – Passif circulant.

L'existence d'un BFR traduit le besoin de financement du cycle d'exploitation, autrement dit les fonds à injecter dans l'activité pour poursuivre l'exploitation.

Le BFR revêt une dimension structurelle puisqu'il résulte de la nature de l'activité de l'entreprise et une dimension conjoncturelle car il est soumis aux fluctuations saisonnières.

La trésorerie nette globale:

Premier mode de calcul.

La trésorerie peut se calculer en enlevant les découverts bancaires aux disponibilités de l'entreprise (banque + caisse).

Trésorerie nette globale = Trésorerie active – Trésorerie passive.
Second mode de calcul.

La trésorerie réalise l'équilibre financier à court terme entre le FRNG et le BFR. Si le BFR peut être intégralement financé par le FRNG, la trésorerie est positive; dans le cas contraire, elle sera négative.

Il est donc possible de calculer la trésorerie comme suit:
Trésorerie nette globale = FRNG – BFR.

Enseignement et formation pédagogiques