Ton Programme de cours quand tu le veux.

Chapitre 5: Comment adapter le plan comptable général (PCG) à l'organisation comptable de l'entreprise?

Penses à ton orientation

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: Comment adapter le plan comptable général (PCG) à l'organisation comptable de l'entreprise?

L'organisation comptable de l'entreprise

L'articulation des documents comptables

  • Les pièces comptables.
  • L'enregistrement comptable.

Du plan comptable général au plan comptable d'entreprise

Les apports de l'automatisation.

SYNTHESE: Comment adapter le plan comptable général (PCG) à l'organisation comptable de l'entreprise?

Le modèle comptable en partie double a été posé: on envisage maintenant les modalités de construction de l'information financière. Dans ce cadre, l'utilisation d'un plan de comptes normalisé et codifié est obligatoire; néanmoins, l'entreprise a la possibilité de l'adapter à ses propres besoins.

Il convient pour cela de repérer l'ensemble des pièces justificatives qui vont permettre d'alimenter les différents documents comptables. Cela nécessite de bien connaître l'articulation qui existe entre ces différents documents.

La structuration de ces traitements est rendue plus aisée grâce aux apports de l'automatisation à travers un PGI ou un progiciel de comptabilité.

L'organisation comptable de l'entreprise.

Le plan comptable général repose sur une codification des opérations comptables et financières de l'entreprise. Conforme aux normes comptables en vigueur fixées par le Code de commerce, il est codifié par:

  • Les comptes 1 à 5, qui représentent le bilan de l'entreprise, c'est-à-dire sa situation patrimoniale.
  • Les comptes 6 et 7, qui représentent les charges et les produits, c'est-à-dire l'activité de l'entreprise.

L'articulation des documents comptables.

Les pièces comptables:

Elles sont de plusieurs natures et peuvent provenir:
  • De l'entreprise elle-même, qui va les réaliser: les factures de vente envoyées aux clients, les bulletins de paie donnés aux salariés.
  • Des partenaires économiques extérieurs à l'entreprise: les factures d'achat reçues des fournisseurs, les relevés bancaires, les avis d'imposition envoyés par les administrations.

Ces différentes pièces comptables vont servir à l'enregistrement des écritures dans la comptabilité de l'entreprise et de justificatif en cas de litige avec les tiers ou de contrôle de l'Administration.

L'enregistrement comptable:

Les pièces comptables sont enregistrées en partie double dans des journaux dont le nombre diffère en fonction de la taille et de l'activité de l'entreprise. Les principaux journaux sont: les journaux d'achat, de vente, de banque et des opérations diverses.

On trouve aussi des journaux de caisse et de paie en fonction des besoins de l'entreprise.

Une fois les écritures passées, elles sont regroupées dans des grands-livres.

Un grand-livre (ou compte en T) est composé de l'ensemble des comptes (de 1 à 7) qui ont fait l'objet d'une écriture comptable. Il classe les mouvements de chaque compte par ordre chronologique et distingue les mouvements débiteurs et créditeurs ainsi que le solde.

Le solde est représenté par la différence entre l'ensemble des mouvements créditeurs et débiteurs de chaque compte. Il est dit débiteur si la somme des montants au débit est supérieure à celle des montants au crédit. Il est dit créditeur si la somme des mouvements au crédit est supérieure à celle des montants au débit. Enfin, il est dit nul si la somme des deux montants (au débit et au crédit) est identique.

Le grand-livre permet d'alimenter la balance, qui ne reprend que le solde de chaque compte du grand-livre.

Les différents soldes de la balance seront repris pour réaliser le bilan et le compte de résultat, appelés documents de synthèse. Le bilan reprend les comptes de patrimoine (de 1 à 5) et le compte de résultat reprend les comptes d'activité (6 et 7).

Le résultat est obtenu par différence entre les comptes de classe 7 (produits) et les comptes de classe 6 (charges). Il permet d'équilibrer le compte de résultat et le bilan.

Représentation du compte de résultat.
COMPTE DE RÉSULTAT – Exercice N: Charges.
Charges d'exploitation:
  • Achats de marchandises (comptes 607).
  • Autres ch. externes (comptes 60 à 65 sauf 607).
  • Impôts et taxes (comptes 63).
  • Charges de personnel (comptes 64).
Charges financières (comptes 66):
Charges exceptionnelles (comptes 67)
Total des charges.
Si solde créditeur: bénéfice:
Représentation du compte de résultat.
COMPTE DE RÉSULTAT – Exercice N: Produits.
Produits d'exploitation:
  • Ventes de marchandises (comptes 707).
  • Prestations de services (comptes 706).
  • Production vendue (comptes 701).
Produits financiers (comptes 76):
Produits exceptionnels (comptes 77):
Total des produits.
Si solde débiteur: perte:
Représentation du bilan: Actif.
Actif immobilisé:
  • Immobilisations incorporelles (comptes 20).
  • Immobilisations corporelles (comptes 21).
Total I.
Actif circulant:
  • Stocks et en-cours (comptes 3).
  • Créances clients et autres créances (comptes 4 débiteurs).
  • Disponibilités et VMP (comptes 503 et 512).
Total II.
TOTAL GÉNÉRAL.
Représentation du bilan: Passif.
Capitaux propres:
  • Capital et réserves (comptes 10).
  • Résultat de l'exercice (à trouver par différence).
Total I.
Dettes:
  • Emprunts (comptes 164).
  • Fournisseurs et autres dettes (comptes 4 créditeurs).
Total II.
TOTAL GÉNÉRAL.

Du plan comptable général au plan comptable d'entreprise.

Même si le PCG repose sur une codification qui suit les normes comptables en vigueur, l'entreprise peut créer son propre plan comptable, en fonction de ses besoins.

Il s'agit, le plus souvent, de détailler ou d'individualiser des comptes de tiers (clients, fournisseurs, salariés) ou des comptes de produits ou charges pour détailler son chiffre d'affaires ou obtenir un détail de charge plus fin que ne le propose le plan comptable général.

Pour cela, il suffit d'adjoindre à la racine du compte principal un suffixe qui permettra d'identifier le compte à détailler.

Exemples de subdivisions.
  • Le compte général 411 (clients) peut se subdiviser en comptes 4111, 4112,
  • Le compte général 707 (ventes de marchandises) en comptes 707A, 707B.

Au niveau du bilan:

Clients.
Exemples de comptes du PCG 411 Détail par catégories de clients.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 4111 (clients région A).
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 4112 (clients région B).
Fournisseurs.
Exemples de comptes du PCG 401: Détail par catégories de fournisseurs.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 4011 (fournisseurs matières).
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 4012 (fournisseurs marchandises).

Au niveau du compte de résultat:

Charges.
Exemples de comptes du PCG 6132 Locations magasins par ville.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 61321 Location magasin ville A.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 61322 Location magasin ville B.
Produits.
Exemples de comptes du PCG 706 Prestations de services.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 7061 Prestations de service type A.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 7062 Prestations de service type B.
Exemples de comptes du PCG 707 Ventes de marchandises par produit.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 7071 Ventes produit A.
  • Exemples de comptes créés pour l'entreprise 7072 Ventes produit B.

Les apports de l'automatisation.

Les logiciels comptables ou les progiciels de gestion intégrés (PGI) permettent d'automatiser les traitements comptables après l'enregistrement au journal.

Ainsi, le grand-livre, la balance et les documents de synthèse (bilan et compte de résultat) sont alimentés automatiquement sans que l'on ait à réaliser de travail supplémentaire.

C'est un gain de temps et une diminution du risque d'erreurs. Cela modifie en profondeur le métier de comptable, qui devient moins répétitif et se tourne davantage vers l'interprétation et l'analyse de documents.

Enseignement et formation pédagogiques