Chapitre 13: Quels phénomènes spécifiques se développent au sein des groupes?

Penses à ton orientation.

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: Quels phénomènes spécifiques se développent au sein des groupes?

Le leadership au sein des groupes restreints:

  • Types de leaders.
  • Styles de leadership.
  • Rôles du leader.

Les phénomènes d'influence:

  • La tendance au conformisme.
  • La minorité active.

La décision de groupe:

  • Particularités de la décision de groupe.
  • Intérêt et risques de la décision de groupe.

SYNTHESE: Quels phénomènes spécifiques se développent au sein des groupes?

Les groupes sont caractérisés par des tensions internes, des phénomènes d'influence et de leadership ainsi que par des mécanismes de prise de décision collective.

La dynamique de groupe désigne l'ensemble des interactions entre membres qui se produisent et se développent dans les groupes restreints à l'occasion de leur activité, en fonction du leadership qui s'y exerce et des phénomènes d'influence qui les traversent.

La dynamique d'un groupe a un impact sur sa cohésion et sur sa prise de décision.

Le leadership au sein des groupes restreints:

Le leadership désigne l'influence qu'un individu (le leader) exerce sur un groupe.

Types de leaders.

Une personne peut être leader d'un groupe du fait de son statut ou de l'influence qu'elle exerce sur les autres membres.

Le leader de droit:

Le leader de droit est celui dont l'autorité découle de son statut dans l'organisation. Le patron d'une PME, le directeur de l'équipe commerciale dans une grande entreprise, le responsable de service dans un hôpital, le proviseur d'un établissement scolaire.

Le leader de droit peut être contesté par les autres membres du groupe si ses compétences ne sont pas suffisantes pour qu'il soit perçu comme légitime. Un responsable est embauché dans une association pour mener à bien un projet, mais sa connaissance du terrain et ses compétences ne semblent pas convaincre les autres membres. Il ne parvient pas, de ce fait, à exercer une autorité suffisante sur le groupe ni à l'influencer dans ses choix.

Le leader de fait:

Le leader de fait est une personne qui se détache spontanément du groupe en raison de son charisme, de son prestige, de sa capacité à entraîner les autres. Il n'est pas désigné de façon officielle mais il est écouté et exerce une influence.

Lucie est très reconnue au sein du comité d'entreprise de son entreprise. Un silence se fait quand elle prend la parole et elle parvient souvent à faire adhérer les autres élus à ses propositions.

Styles de leadership.

Trois manières d'exercer le leadership peuvent être identifiées.

Le leadership autoritaire:

Un leader autoritaire prend les décisions seul et se contente de les énoncer au groupe sans les justifier. Il intervient ensuite peu dans la phase de réalisation. Ce style de leadership favorise la soumission des membres qui n'osent pas exprimer leur désaccord, ou bien leur agressivité lorsqu'ils se révoltent.

André est chef de rayon dans un magasin d'électroménager de la grande distribution. Tous les matins, il réunit son équipe pour une séance de transmission de consignes et de fixation des objectifs de la journée. André et ses vendeurs sont debout, au milieu du magasin. Les vendeurs écoutent mais ne s'expriment jamais. La séance ne dure pas plus de 10 minutes.
Le leadership démocratique ou participatif:

Le leader favorise la discussion entre les membres du groupe et tient compte des avis énoncés. Il explicite ses propres opinions et les justifie. Il propose plusieurs solutions quand un problème apparaît, afin que le groupe fasse lui-même un choix. Il reste en contact avec le groupe pendant que celui-ci conduit sa tâche. Ce style de leadership élève la performance du groupe.

Camélia dirige une équipe d'employés chargées de la propreté d'une résidence pour personnes âgées. Elle réunit régulièrement son équipe pour évoquer les problèmes rencontrés et trouver des solutions. Elle facilite la parole de chacun des membres et en tient compte.
Le leadership laissez-faire:

Le leader indique au groupe la tâche à accomplir et les moyens dont il dispose puis adopte un comportement passif et neutre, sans juger ni évaluer les résultats obtenus. Le groupe bénéficie alors d'une totale liberté dans l'accomplissement de sa mission. Ce style de leadership est celui qui entraîne le plus de conflits et la plus mauvaise performance.

Cyril dirige une équipe de jeunes ingénieurs informaticiens chargés de concevoir des supports de e-learning pour des entreprises clientes. Il lance ses projets avec son groupe en indiquant les attentes du client et le budget négocié, puis laisse son équipe travailler seule jusqu'à la fin. Les ingénieurs qu'il dirige se sentent parfois perdus et vivent des tensions entre eux du fait de cette absence de cap.
Le choix du style de leadership:

Même si le leadership démocratique semble plus efficace que les autres, le choix d'un style dépend de la mission confiée au groupe, de la maturité de ses membres et de la culture de l'organisation.

Il est difficile d'imaginer un leadership démocratique dans une équipe chirurgicale au travail ou au sein d'un groupe de pompiers partant éteindre un incendie.

Le leader efficace est celui qui apparaît comme légitime, c'est-à-dire accepté par les autres membres, et qui sait s'adapter au groupe.

Rôles du leader.

Un leader peut être amené à exercer deux types de rôles au sein du groupe.

Un rôle de soutien organisationnel à l'action du groupe:

Dans ce cas, le leader favorise l'organisation du groupe dans l'accomplissement de ses missions et l'atteinte de ses objectifs.

Siham, architecte, dirige le projet de construction d'une école primaire. Elle répartit les tâches au sein de son équipe, veille au respect des délais et contrôle les réalisations.
Un rôle de soutien affectif aux membres du groupe:

Le leader facilite l'expression des membres au sein du groupe, assure la prévention ou le dépassement des tensions, encourage, conseille, développe la confiance et l'enthousiasme.

Eddy est directeur adjoint dans une institution qui s'occupe de jeunes déscolarisés. Le travail de l'équipe éducative n'est pas facile et le découragement gagne parfois certains membres. Sébastien, le directeur, se comporte en chef assez autoritaire et écoute peu son personnel. Eddy, lui, sait écouter, il aide ses collaborateurs à trouver des solutions et l'envie de persévérer.

Les phénomènes d'influence:

Le leader exerce une influence sur le groupe, mais d'autres phénomènes d'influence apparaissent en son sein. Par conformisme, les membres d'un groupe ont une tendance naturelle au consensus. Néanmoins, dans certains groupes, une minorité active peut apparaître qui vient bouleverser les certitudes de la majorité.

La tendance au conformisme.

Le conformisme est l'attitude qui consiste à se conformer aux points de vue supposés majoritaires dans un groupe et à adopter ce qu'on croit être l'opinion de tous. Il s'agit d'une influence souvent inconsciente du groupe sur chacun de ses membres.

Lors de la prise de décision concernant le budget prévisionnel du projet, le responsable s'exprime ainsi: Tout le monde est d'accord? Nous pourrons fonctionner avec 10 % de moins cette année? Ça ne devrait pas poser de problème? Benoit pense que cela va être difficile mais comme personne n'émet la moindre remarque, il se tait et approuve, tout comme les autres.

Les raisons du conformisme:

Pourquoi un individu se conforme-t-il à l'opinion qu'il pense majoritaire dans un groupe?

  • Pour être rassuré lorsqu'il doute. Lucien travaille dans une équipe de maçons qui se rend sur un chantier. Il conduit le camion. Ses deux collègues lui indiquent la route à suivre, de façon unanime. Lui serait bien passé par un autre endroit mais, devant leurs affirmations concordantes, il doute de son point de vue et suit celui de ses collègues. qui se trompent.
  • Pour être en accord avec le groupe: être à l'unisson des autres permet d'éviter les jugements négatifs sur soi, les conflits.
Les conséquences du conformisme:

Le conformisme contribue à maintenir la cohésion du groupe. Cependant, par passivité, il peut aussi conduire à prendre de mauvaises décisions, chacun pensant qu'il est le seul à avoir un avis contraire à celui des autres. En outre, le conformisme rend le groupe peu créatif et peu innovant.

Au niveau de chacun des membres, l'individu qui prend conscience de sa tendance au conformisme peut perdre en estime de soi.

Raphael n'est pas content de lui: il n'a pas osé dire qu'il n'était pas d'accord avec la rédaction du dernier compte-rendu de réunion, pensant qu'il était le seul à avoir des objections. Elles étaient pourtant fondées: il s'en est aperçu lorsque la direction générale a contesté le document.

La minorité active.

Une minorité active est composée d'un ou plusieurs membres d'un groupe qui osent formuler des désaccords avec le point de vue majoritaire et proposer d'autres solutions ou modes de fonctionnement.

Comme chaque année, l'équipe commerciale dirigée par Hervé décide d'envoyer à ses clients, en cadeau de Noël, une caisse de bouteilles de vin. Tout le monde semble d'accord, sans véritable discussion. Ghislaine prend la parole pour proposer une autre idée: une nuit dans un hôtel de charme, pour deux personnes. Elle pense que l'envoi du vin, cadeau très banal, ne surprend plus personne. Tarik la soutient en argumentant que la répétition ne permet pas d'attirer vraiment l'attention des clients sur la marque, ce qui est pourtant le but de ces présents de fin d'année.

La présence d'une minorité active constructive au sein d'un groupe lui permet d'être plus créatif et plus innovant, d'échapper au conformisme. Elle favorise le débat et l'échange.

Cependant, une minorité active peut ne pas réussir à influencer un groupe, en particulier lorsque le statut de ceux qui la composent n'est pas considéré comme légitime.

Hervé, chef de l'équipe commerciale, repousse l'idée de nouveau cadeau de fin d'année pour les clients, au nom de la tradition. Ghislaine et Tarik finissent par céder devant la fermeté d'Hervé qui, par son ton et la mise en avant implicite de son statut de responsable, emporte l'adhésion du groupe.

La décision de groupe:

Certaines décisions peuvent être prises par un groupe et non par un décideur seul. Pour établir le programme des rencontres avec des écrivains, Eymeric, le directeur de la médiathèque, réunit un groupe de lecteurs assidus de sa commune.

Particularités de la décision de groupe.

La prise de décision a pour objectif de sélectionner un type d'action parmi différentes possibilités. Au sein d'un groupe, la décision peut être prise de manière:
  • Autoritaire: un seul membre prend la décision;
  • Majoritaire: le groupe le plus nombreux prend la décision pour tous;
  • Minoritaire: un sous-groupe moins nombreux prend la décision pour tous;
  • A l'unanimité: l'ensemble des membres est d'accord.

En règle générale, la décision de groupe s'opère souvent dans la confrontation des idées, l'échange d'arguments, voire les conflits. Elle est alors le résultat d'un consensus.

Intérêt et risques de la décision de groupe.

S'il échappe aux conflits qui peuvent nuire à sa cohésion, au conformisme ou à la manipulation, le groupe peut se révéler plus créatif et plus innovant qu'un individu seul. La décision de groupe résulte, dans ce cas, de la somme des expériences et des connaissances individuelles. Les échanges qui précèdent la prise de décision éclairent le choix et amènent chaque membre à l'accepter plus facilement parce qu'il en comprend les raisons.

Enseignement et formation pédagogiques