Ton Programme de cours quand tu le veux.

Chapitre 10: Quel mode de production choisir?

Penses à ton orientation

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: Quel mode de production choisir?

  1. De quoi dépend le choix d'un mode de production?
  2. Quels sont les enjeux liés à la production?

Enseignement et formation pédagogiques

SYNTHESE: Quel mode de production choisir?

De quoi dépend le choix d'un mode de production?

Une organisation choisit un mode de production en tenant compte de la nature du bien qu'elle fabrique ou du service qu'elle offre. La production de biens et celle de services ne présente en effet pas les mêmes caractéristiques ou les mêmes contraintes techniques.

En ce qui concerne les biens, on distingue trois modes de production qui diffèrent selon la quantité produite et le processus de production correspondant à la nature du bien:

  • La production à l'unité: elle porte sur des biens qui sont spécifiques à chaque client et consiste en une production sur mesure (ex: paquebot, ouvrages d'art dans le domaine du bâtiment);
  • La production en série: elle concerne des produits identiques qui sont fabriqués en petit nombre (ex: des maisons dans un lotissement) production en petite série ou en grande quantité (ex: des stylos, des chaussettes, des réfrigérateurs) – production en grande série;
  • La production en continu: elle est adaptée à la fabrication de biens qui ne supportent pas l'arrêt de la chaîne de production pour des raisons techniques et nécessitent donc un flux continu de production (ex: production d'électricité, d'acier).
La production de services – appelée servuction – présente des particularités dont une organisation doit tenir compte lors du choix d'un mode de production.

À la différence d'un bien, un service est en effet intangible et nécessite la participation (plus ou moins active) du client ou de l'usager aux côtés des ressources techniques et humaines de l'organisation qui offre le service.

Le client/usager est effectivement impliqué dans la production d'un service car celui-ci est consommé et produit en même temps. En conséquence, un service ne peut pas être standardisé, ni stocké et sa production ne peut se faire selon un mode de production en grande série.

Quels sont les enjeux liés à la production?

Le choix d'un mode de gestion de la production

La production peut être gérée selon une logique de production à flux poussés ou de production à flux tendus. Dans le premier cas, ce sont les prévisions des ventes qui sont à l'origine du lancement de la production et par conséquent, de la définition des besoins en matières premières et en consommations intermédiaires. Le processus de production se déroule alors de l'amont vers l'aval, c'est-à-dire que les étapes de production se succèdent depuis les matières premières pour arriver – par transformations successives – jusqu'aux produits finis.

A chaque étape du processus de production, l'entreprise est amenée à constituer des stocks (de matières premières, de produits semi-finis, de produits finis). Si ces stocks sont coûteux pour l'entreprise et s'il existe un risque d'invendus du fait de prévisions des ventes fausses, il s'avère que ce mode de production à flux poussés permet de livrer très rapidement les clients.

Lorsque la production est gérée en flux tendus, celle-ci ne débute qu'après une commande d'un client qui conduit par exemple l'entreprise à tendre les flux pour ne s'approvisionner et ne produire que ce dont elle a besoin, quand elle en a besoin. Les stocks sont ainsi réduits au minimum tout au long du processus de production et l'entreprise ne risque pas d'invendus puisque sa production répond exactement aux besoins des clients. Mais, du fait des faibles stocks dont elle dispose, l'entreprise peut se trouver fragilisée et la livraison des produits finis retardée si un dysfonctionnement apparaît au cours du processus de production (ex: défaillance d'un fournisseur, problèmes techniques).

Le choix entre faire et faire faire

La production de biens ou de services peut être réalisée par l'organisation elle-même. Elle peut aussi être externalisée ou sous-traitée, c'est-à-dire confiée en partie ou en totalité à une autre organisation par le biais d'un contrat. La sous-traitance de capacité permet à une organisation dite donneuse d'ordres de répondre rapidement et à moindre coût à une augmentation de la demande sans avoir à réaliser d'investissements supplémentaires. La sous-traitance de spécialité permet, elle, de faire appel à une organisation extérieure qui dispose d'équipements et de compétences spécifiques, adaptés aux besoins du donneur d'ordres. Cependant, l'externalisation de la production rend l'organisation dépendante de son prestataire, non seulement en termes de délais et de qualité de la production, mais aussi de délais de livraison des biens ou services.

La recherche permanente de la qualité

Généralement définie comme l'aptitude d'un bien ou d'un service à satisfaire des besoins exprimés ou implicites, la qualité est un enjeu majeur de la production. Elle est en effet devenue un impératif ainsi qu'un facteur de succès et de différenciation dans le contexte actuel fortement concurrentiel que connaissent les organisations.

C'est pour cette raison qu'elles mettent en place une démarche qualité, c'est-à-dire un ensemble d'actions qui visent l'amélioration de la qualité à toutes les étapes de la production d'un bien ou d'un service. La reconnaissance de cette qualité passe par l'obtention d'une certification délivrée par l'AFNOR (ex: ISO 9001, certification Qualiville pour les communes).

Dans le cas des services publics, la démarche qualité a non seulement pour objectif de valoriser l'image des organisations productrices de tels services, mais également de mieux répondre aux besoins des usagers. L'amélioration de l'accueil du public, l'étendue des horaires d'ouverture des guichets, la personnalisation des réponses aux usagers, la réduction des délais de traitement de leurs demandes, la simplification des démarches et formalités administratives grâce à l'utilisation d'Internet sont des éléments qui sont à prendre en compte pour juger de la qualité des services publics.

Enseignement et formation pédagogiques