Chapitre 18: En quoi le pilotage de l'entreprise nécessite-t-il une comptabilité de gestion?

Penses à ton orientation.

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: En quoi le pilotage de l'entreprise nécessite-t-il une comptabilité de gestion?

La comptabilité générale, un système d'information incomplet.

La mise en place de la comptabilité de gestion.

  • La notion de coût.
  • Le coût complet.
  • L'affectation des charges indirectes.

La variabilité des charges et la prise de décision.

  • L'analyse des charges par variabilité.
  • Le niveau d'activité et la rentabilité.

SYNTHESE: En quoi le pilotage de l'entreprise nécessite-t-il une comptabilité de gestion?

La comptabilité générale, un système d'information incomplet.

Le système d'information comptable est un système légal, encadré par une normalisation nationale qui s'impose à l'entreprise. La comptabilité permet notamment de produire une image fidèle de l'activité de l'entreprise au travers de l'établissement du compte de résultat.

Ainsi, la performance de l'entreprise est obtenue de manière globale, par comparaison entre les produits de l'entreprise et les charges engagées lors de l'exercice comptable.

Cependant, un tel système s'avère souvent insuffisant pour la prise de décision. De nombreuses entreprises offrent plusieurs services ou fabriquent plusieurs biens, elles diversifient leurs activités. Elles peuvent alors créer un système d'information interne, utile à la prise de décision.

Elles vont donc élaborer des outils de gestion propres à l'entreprise, permettant d'obtenir un éclairage particulier sur une problématique de gestion.

À titre d'exemple, pour une entreprise donnée, le dirigeant peut formuler les interrogations suivantes:
  • Quels sont les produits (services, activités) les plus rentables?
  • L'organisation de l'entreprise est-elle efficiente?
  • Dois-je produire en interne ou sous-traiter?
  • Dois-je abandonner un produit (un service, une activité)?
  • Dois-je accepter une commande?
  • Puis-je accepter une baisse de mon prix de vente?

La mise en place de la comptabilité de gestion.

La comptabilité de gestion est un outil interne. Il convient donc de fixer les objectifs assignés à ce système d'information: s'agit-il de déterminer la rentabilité d'un service, d'un produit, d'une activité?

La notion de coût:

Le système d'information conduit l'entreprise à établir un regroupement des charges pour une problématique identifiée. Par exemple, si l'entreprise gère plusieurs activités, le regroupement se réalisera par activité. Ce regroupement de charges au sein d'une activité forme un coût.

Le coût complet:

Pour calculer le coût complet (d'un produit, d'un service, d'une activité), le contrôleur de gestion va opérer une classification entre les charges directes et les charges indirectes.

Une charge directe est une charge que l'on peut affecter sans ambiguïté et sans calcul préalable au coût d'un produit ou d'une activité: ce sont des charges dont la destination est connue.

À l'inverse, une charge indirecte concerne plusieurs produits ou activités. Elles nécessitent un reclassement préalable afin de connaître leur destination.

Une entreprise fabrique deux produits A et B. Elle souhaite connaître le coût complet de chacun d'eux. Elle va donc analyser le comportement des charges de la comptabilité générale en distinguant les charges directes de chaque produit. Les autres charges sont nécessairement des charges indirectes.

Schéma de passage de la comptabilité générale à la comptabilité de gestion.
Charges de la comptabilité générale.
  • Charges directes du produit A.
  • Charges directes du produit B.
  • Charges indirectes d'approvisionnement.
  • Charges indirectes de production.
  • Charges indirectes de distribution.

L'affectation des charges indirectes:

Les charges indirectes sont consommées au sein de l'entreprise sans que l'on puisse définir un lien de causalité entre la production et le comportement des charges indirectes. Elles concernent plusieurs produits ou l'ensemble de l'entreprise.

Pour la production des produits A et B, l'entreprise achète plusieurs types de matières premières. Le contrôleur de gestion a créé une division comptable Approvisionnement et il a affecté les charges indirectes d'approvisionnement. Le centre Approvisionnement regroupe ainsi les frais de transport, les frais de personnel des salariés dédiés à la logistique, le loyer des espaces de stockage, la consommation d'électricité.

  • Les charges indirectes évoluent en fonction d'un niveau d'activité nommée unité d'œuvre.
  • Les charges indirectes sont imputées au coût des produits proportionnellement au nombre d'unités d'œuvre consommées dans la fabrication de chaque catégorie de produits.

Le contrôleur de gestion analyse l'unité d'œuvre du centre Approvisionnement. Ce pourrait être les quantités de matières achetées, le poids des matières.

Cette unité d'œuvre permet d'imputer les charges indirectes aux coûts des produits A et B.

L'entreprise calcule alors le coût complet de chaque catégorie de produits.
  • Le coût complet du produit A correspond à la somme des charges directes du produit A et des charges indirectes (charges indirectes d'approvisionnement + charges indirectes de production + charges indirectes de distribution) imputées au produit A.
  • La rentabilité de chaque catégorie de produits (ou activités) se détermine par la différence entre le chiffre d'affaires du produit et le coût complet de ce même produit.

Cette analyse permet de déterminer la contribution de chaque produit (activité) à la rentabilité globale de l'entreprise.

La variabilité des charges et la prise de décision.

L'analyse des charges par variabilité:

Un autre motif de préoccupation de l'entreprise consiste à s'interroger sur le niveau d'activité à réaliser pour atteindre la rentabilité espérée.

Le niveau d'activité se mesure en fonction des quantités vendues (entreprises commerciales) ou produites (entreprises industrielles) ou encore en fonction du chiffre d'affaires. Lorsque les quantités augmentent, le coût unitaire de chaque produit diminue. En effet, certaines charges sont réparties sur des quantités plus importantes: ce sont des charges fixes.

Une entreprise supporte un loyer commercial de 1 000 € par mois. Les quantités de produits vendues au cours du mois de mars sont établies à 500 unités. Le coût unitaire du mois de mars est alors de: 1 000 / 500 = 2 € par unité vendue. Pour un même loyer, les quantités vendues lors du mois d'avril sont de 800 unités. Le coût unitaire du mois d'avril est de: 1 000 / 800 = 1,25 €.

Le montant du loyer est constant sur les deux périodes mais le coût unitaire de ces charges fixes diminue car le loyer se répartit sur un niveau d'activité (les quantités vendues) plus important.

D'autres charges sont proportionnelles au niveau d'activité: ce sont les charges variables. Lorsque le niveau augmente, les charges variables augmentent dans la même proportion.

Une entreprise commerciale a vendu 500 unités au mois de mars et 800 unités au mois d'avril. Les salariés bénéficient d'une commission de 10 € par unité vendue. Le montant des commissions s'établit à: 500 × 10 = 5 000 € en mars et à: 800 × 10 = 8 000 € en avril. Ces charges sont donc variables.

Le contrôleur de gestion analyse le comportement des charges de la comptabilité en distinguant les charges variables et les charges fixes.

Schéma d'analyse par variabilité des Charges de la comptabilité générale.
  • Charges variables.
  • Charges fixes.

Le niveau d'activité et la rentabilité:

La préoccupation du chef d'entreprise réside dans la nécessité de couvrir l'ensemble des charges et de réaliser un bénéfice.

Les charges variables étant proportionnelles au chiffre d'affaires, la marge sur coût variable (chiffre d'affaires – charges variables) est aussi proportionnelle au chiffre d'affaires. Cette marge permet alors d'absorber les charges fixes puis de dégager un bénéfice.

  • CHIFFRE D'AFFAIRES.
  • Charges variables.
  • Charges variables = coût variable.
  • Marge sur coût variable.
  • Charges fixes.
  • Bénéfice.

L'analyse par variabilité permet de déterminer le niveau d'activité nécessaire pour assurer la couverture des charges fixes. Au-delà de ce niveau, l'entreprise réalise des bénéfices.

Pour tout contrat de vente supplémentaire, l'entreprise doit se poser les questions suivantes:

  • Quel est le comportement des charges (variables et fixes) de ce nouveau contrat?
  • Quelles sont les quantités minimales acceptables pour que la commande supplémentaire soit rentable?
  • Peut-on accepter une baisse du prix de vente? Si oui, dans quelle proportion?

Enseignement et formation pédagogiques