Chapitre 4: Comment traduire le processus d'investissement?

Penses à ton orientation.

Notre aide pour la lettre de motivation.

PLAN: Comment traduire le processus d'investissement?

Le processus d'investissement.

  • Les différents objectifs de l'investissement.
  • La décision d'investir.
  • L'investissement et les immobilisations.
  • Le financement de l'investissement.

La comptabilisation de l'emprunt et de l'acquisition de l'immobilisation.

  • Les enregistrements concernant l'emprunt.
  • L'enregistrement de l'acquisition des immobilisations.

La comptabilisation de la cession de l'immobilisation.

SYNTHESE: Comment traduire le processus d'investissement?

Pour assurer sa pérennité ou répondre à un besoin de croissance, l'entreprise est amenée à investir. Elle acquiert ainsi des biens dont l'utilisation perdure sur plusieurs années. Ces biens durables sont appelés en comptabilité des immobilisations. La décision d'investir est une décision stratégique de l'entreprise, elle engage le futur.

L'investissement nécessite un engagement immédiat de ressources pour un dégagement de revenus futurs. Le financement peut se faire principalement grâce aux fonds propres de l'entreprise ou grâce au recours à l'emprunt bancaire. L'investissement fait partie de la politique de croissance à long et moyen terme de l'entreprise.

Le processus d'investissement.

Les différents objectifs de l'investissement:

L'investissement de l'entreprise répond à différents objectifs:
  • l'investissement de remplacement consiste à renouveler une ancienne acquisition devenue vieillissante. Cette forme d'investissement se révèle souvent indispensable en raison des risques de panne et des coûts d'entretien qu'engendrent des biens vétustes;
  • L'investissement de capacité favorise, quant à lui, le volume de production. Cette forme d'investissement montre que l'entreprise est en croissance car sa capacité de production actuelle ne suffit plus à satisfaire la demande;
  • L'investissement de productivité permet à l'entreprise de diminuer ses coûts de production grâce à l'acquisition d'outils de production plus performants.
Une machine utilisant moins d'heures de main-d'œuvre pour une production identique ou meilleure à la production actuelle de l'entreprise.

Il est rare qu'un investissement corresponde à un seul objectif. En raison des progrès technologiques, un investissement de remplacement permet généralement une augmentation de la capacité de production et une diminution des coûts de production.

La décision d'investir:

Selon l'objectif de l'investissement, la décision suit un processus différent. Elle est cependant toujours de la compétence des dirigeants.

L'investissement de remplacement est indispensable en raison de la vétusté du bien détenu par l'entreprise. Même si la décision d'investissement requiert la recherche préalable de solutions les plus adaptées au remplacement et à son financement, le processus reste rapide en raison de la nécessité du remplacement.

En ce qui concerne les autres types d'investissement, le processus suit un tout autre cheminement:
  • Il faut au préalable effectuer une analyse de l'entreprise et de son environnement: il s'agit de bien connaître le marché et ses perspectives d'évolution, d'être au fait des changements juridiques et des contraintes organisationnelles liées à l'investissement;
  • Il faut ensuite rechercher la solution à la plus adaptée à l'entreprise, notamment au moyen d'un appel d'offres;
  • Enfin, il convient d'étudier le financement de l'acquisition grâce aux fonds propres détenus par l'entreprise ou à d'autres moyens de financement, comme l'emprunt.

L'investissement et les immobilisations:

La traduction de l'investissement en comptabilité.

L'investissement correspond à un engagement immédiat de ressources pour l'acquisition d'un bien générateur de revenus futurs. Ce terme de gestion correspond en comptabilité aux immobilisations.

Une immobilisation est un bien acquis par l'entreprise dont elle entend se procurer des avantages économiques sur une durée supérieure à un an (supérieure à celle d'un exercice comptable). L'entreprise fixe la durée d'utilisation de l'immobilisation.

Une entreprise industrielle utilise ses machines pendant 5 ans alors que ses camions de livraison sont utilisés pendant 8 ans. Ces durées d'utilisation sont propres à cette entreprise.

L'immobilisation se distingue des charges liées au cycle d'exploitation par la durée d'utilisation. En effet, les charges sont consommées sur une durée inférieure à un an (consommation énergétique, achats de marchandises, de matières premières, d'assurance, d'entretien et réparation.).

Par exception, les biens durables inférieurs à 500 € HT sont considérés comme des achats et non comme des immobilisations en raison de leur faible valeur, quelle que soit leur durée d'utilisation.
Les différentes catégories d'immobilisations.
Le plan comptable général distingue trois catégories d'immobilisations:
  • Les immobilisations incorporelles n'ont pas de substance physique; Exemples. Les brevets, les logiciels et le fonds de commerce.
  • Les immobilisations corporelles correspondent à des éléments ayant une substance physique; Exemples. Les véhicules, les machines, les immeubles, les matériels.
  • Les immobilisations financières correspondent essentiellement à l'acquisition de titres émis par d'autres entreprises (actions ou parts sociales). Exemple. L'acquisition d'actions d'un sous-traitant avec qui l'entreprise a l'intention de conserver des relations commerciales.

Le financement de l'investissement:

Le financement de l'investissement peut se faire grâce à des fonds propres. On parle alors d'autofinancement (total ou partiel). Si l'entreprise ne dispose pas suffisamment de trésorerie pour financer seule son projet, elle peut solliciter un emprunt, auprès de sa banque, pour le montant total ou partiel de l'acquisition.

La notion d'emprunt.

Selon que l'on se place du côté de l'entreprise ou de la banque, l'opération porte le nom d'emprunt ou de prêt.

  • La banque prête à son client une somme d'argent appelée capital. Elle verse le montant prêté sur le compte de son client.
  • Le client doit rembourser le capital de façon fractionnée durant une durée déterminée, à échéances fixes selon les termes du contrat.
  • Le remboursement du capital est appelé amortissement de l'emprunt. La somme des amortissements de l'emprunt est égale au montant du capital emprunté.
  • La banque est rémunérée par les intérêts, qui sont calculés à partir du taux d'intérêt sur le montant du capital restant dû à une date donnée.
  • Les intérêts ne sont pas soumis à la TVA. La banque peut également facturer des frais de dossier soumis à la TVA.
Le tableau de l'emprunt.
Le tableau de l'emprunt permet à l'entreprise de connaître l'étendue de ses engagements.

L'entreprise connaît ainsi le montant de capital remboursé ainsi que le montant des intérêts payés à chaque échéance.

Pour l'acquisition d'un matériel informatique, une entreprise sollicite un emprunt.
  • Le capital emprunté est de 5 325 €,
  • Le taux d'intérêt mensuel est de 0,45 %.
  • La durée de l'emprunt est de 2 ans.
  • Le remboursement étant mensuel, le nombre d'échéances est donc de 24.
  • Le prélèvement se fait le 2 de chaque mois.
  • La première échéance est fixée au 2 décembre.
  • Le capital est versé le 2 novembre sur le compte de l'entreprise.
Montant de l'échéance = Intérêts + Capital remboursé.
  • Intérêts = Capital restant dû à une date donnée × Taux d'intérêt annuel.
  • Annuité = (Capital emprunté × i) / [1 – (1 + i)-n]. (Avec: i = taux d'intérêt, n = nombre d'annuités. Annuité = (5 325 × 0,45 %) / [1 – (1 + 0,45 %)-24].
  • Amortissement = Annuité – Intérêts.

La comptabilisation de l'emprunt et de l'acquisition de l'immobilisation.

Les enregistrements concernant l'emprunt:

Le virement de l'emprunt sur le compte bancaire de l'entreprise.

Le capital versé est un flux monétaire dont l'origine est l'emprunt auprès de la banque (la ressource) et la destination est le compte bancaire de l'entreprise (l'emploi).

En créditant l'emprunt dans les comptes de l'entreprise, on constate une dette de l'entreprise.

L'enregistrement du remboursement de l'emprunt.

À chaque échéance, l'entreprise doit rembourser une partie du capital prêté ainsi que les intérêts. Il convient de se reporter au tableau de l'emprunt. Il s'agit d'un flux monétaire dont l'origine est le compte Banque de l'entreprise (ressource du paiement de l'échéance) et la destination est la diminution de la dette d'emprunt ainsi que le paiement des intérêts (emploi de la ressource).

Il convient de distinguer, dans l'écriture comptable, ce qui correspond au remboursement du capital (amortissement) de ce qui correspond à la rémunération de la banque (intérêts).

L'enregistrement de l'acquisition des immobilisations:

Selon le plan comptable général, le coût d'acquisition d'une immobilisation corporelle est constitué du prix d'achat HT après déduction des réductions commerciales, augmenté des taxes non récupérables et de tous les coûts directement attribuables engagés pour mettre l'immobilisation en place et en état de fonctionner (frais de transport, d'installation et de mise en service).

Dès que l'immobilisation est en place et en état de fonctionner, aucun coût supplémentaire ne peut lui être attribué.

La TVA n'est pas intégrée dans le calcul du coût d'entrée de l'immobilisation puisqu'il s'agit d'une taxe déductible, donc récupérable.

Une exception existe cependant pour les véhicules de tourisme pour lesquels la TVA n'est pas fiscalement déductible. Le montant de la TVA doit donc être incorporé au coût d'entrée.

Exemple. Une facture d'achat d'un matériel informatique est reçue le 28 novembre.
  • Prix d'achat: 4 889,57 €.
  • Remise: – 209,57 €.
  • Net commercial: 4 680,00 €.
  • Frais d'installation dans les locaux: + 450,00 €.
  • Frais de transport: + 195,00 €.
  • Total HT: 5 325,00 €.
  • TVA 20%: 1 065,00 €.
  • Net à payer: 6 390,00 €.

Le coût d'entrée est de 5 325 €. Il prend en compte le prix d'achat, les réductions ainsi que les coûts directement attribuables. Le matériel est en état de fonctionner dès le 1er décembre. Le règlement se fait au comptant. La durée d'utilisation est fixée à 5 ans.

Le montant à enregistrer en comptabilité dans le compte de l'immobilisation est le coût d'acquisition. À la différence des achats, les frais de transport doivent être incorporés dans le compte de l'immobilisation. Ils ne figurent pas dans un compte spécifique.

L'acquisition d'une immobilisation correspond à un flux physique dont l'origine est le fournisseur d'immobilisations et la destination est l'entreprise. En contrepartie, l'entreprise règle son fournisseur.

Il s'agit du flux monétaire de contrepartie dont l'origine est le compte bancaire de l'entreprise et le destinataire est le fournisseur d'immobilisations. Le règlement solde le compte du fournisseur d'immobilisations.

La comptabilisation de la cession de l'immobilisation.

L'acquisition d'une immobilisation est une opération d'investissement. À l'inverse, la cession d'une immobilisation est considérée comme une opération de désinvestissement. Cette vente n'entre pas dans le cadre de l'activité d'exploitation et ne doit donc pas être confondue avec une opération de vente liée au cycle d'exploitation.

Le désinvestissement est une opération exceptionnelle pour l'entreprise.
  • Les comptes utilisés doivent permettre de refléter cette réalité.
  • La cession est soumise à la TVA.
  • Le flux physique a pour origine la cession de l'immobilisation et pour destination l'acquéreur.
  • Lors du flux monétaire de contrepartie, la créance sera soldée par le versement de la somme due.

Enseignement et formation pédagogiques